Le Tongariro Alpine Crossing (TAC) fait parti des « 9 Great Walks » de Nouvelle-Zélande. Ce parc national situé sur l’ile Nord de la Nouvelle-Zélande est classé au Patrimoine Mondiale de l’Unesco dans deux catégories : d’abord pour la beauté de ses paysages naturels et ensuite pour son patrimoine culturel et spirituel. Considéré comme l’un des 10 plus beaux treks au monde, il justifie à lui seul le voyage jusqu’en Nouvelle-Zélande. Les paysages volcaniques couplés aux lacs turquoises et émeraudes en passant par l’observation de geysers et de cheminée de vapeur et enfin la traversée d’une forêt vierge seront autant de lieux d’émerveillement tout au long de votre parcours.

Toutefois, le Tongariro Alpine Crossing, ça se mérite car c’est loin d’être une promenade de santé. Il vous faudra selon votre condition physique et le rythme que vous vous imposez entre 6 à 8 heures  voire 10 heures pour les moins rapides, pour effectuer les 19,4 kilomètres.

Par contre, sachez-le, vous ne serez pas tout seul sur ces chemins de traverse. Chaque année, près de 100’000 randonneurs se lancent dans cette aventure. Un premier conseil, faites cette randonnée plutôt en semaine afin d’éviter de vous retrouver le WE avec l’afflux de Néo-Zélandais venus en nombre.

kump-nouvelle-zelande-TAC-tongariro-alpine-crossing-trek-16_wtmk.jpg

Préparer une telle expédition et de surcroit avec des enfants est un pré-requis et nous allons donc au travers de cet article, partager avec vous notre expérience en vous donnant quelques conseils qui nous ont permis de passer une super journée sportive en famille.

Comment se préparer pour le Tongariro Alpine Crossing ?

01_Stoddard-Rd

1- Faites le plein de courses : si vous arrivez du Nord, arrêtez-vous à Taupo au supermarché Countdown pour acheter des bouteilles d’eau (2 litres/pers. minimum), des bananes, des barres de céréales  et de quoi faire des sandwichs.

Icebreaker_Product_in_Locatie_IBE158

2- Acheter l’équipement manquant : profitez d’être sur Taupo pour faire l’acquisition des vêtements qui pourraient vous manquer pour effectuer ce trek dans de bonnes conditions. Nous avons personnellement regretté de ne pas avoir des bâtons de marche pour nous aider dans notre ascension. Sachant que sur Taupo vous les achèterez NZ$100 la paire pour des bâtons bas de gamme, n’hésitez à ramener les vôtres d’Europe. Vous en trouverez également en location sur Taupo ou au I-Center de Whakapapa, mais vous devrez vous alléger de NZ$50/paire !

Par contre, n’hésitez pas en Nouvelle-Zélande à refaire votre stock de t-shirt, chaussette ou pull en laine de mérinos car vous les paierez beaucoup moins chers qu’en Europe puisqu’ils sont produits par les Kiwis (la marque Icebreaker est TOP et est vendue 25-30% moins cher qu’en France).

ID14993Pic10

3- Bivouaquer au camping de Whakapapa Holiday Park : nous vous recommandons le Whakapapa Holiday Park qui s’avère être un excellent camping au regard de sa proximité avec le point de départ du TAC et de ses installations (grande cuisine et laverie). Nous vous conseillons vivement d’y rester dormir non seulement la veille au soir pour être au plus près du départ du TAC  mais également une deuxième nuit, le soir après votre trek, car croyez-nous, vous serez tellement K.O que vous n’aurez pas du tout envie de reprendre la route. Prix par nuit et par personne pour une place avec électricité et 6 minutes d’eau chaude comprise/douche : NZ$19/adulte et NZ$11/enfant (plus d’infos). Le wifi est gratuit pendant 30min mais le réseau n’est pas très bon en fin de journée quand tout le monde est connecté. Si vous prévoyez de faire le TAC en haute saison, surtout réservé à l’avance vos deux nuits, car le camping est pris d’assaut l’été.

shuttle tongariro alpine crossing

4- Réserver votre place dans la navette : en effet, la particularité de ce trek réside dans le fait que vous partez du parking Mangatepopo Road mais vous arriverez au parking de Ketetahi. Bref vous l’aurez compris le TAC n’est pas une boucle. Vous devrez donc réserver vos places dans l’une des nombreuses navettes. Par commodité, vous pourrez le faire directement au camping Whakapapa Holiday Park  en vous rendant au bureau à l’entrée ou alors au I-site de Whakapapa, situé en face du camping. Voyageant dans deux camping-cars puisque nous avions de la famille en visite à ce moment là, nous ne voulions pas prendre la navette car le prix est très élevé NZ$ 30-35/adulte et NZ$20/enfant pour 15 minutes de trajet à l’allée et 30-40 minutes au retour. Nous avions donc initialement prévu de laisser un camping-car sur le parking du départ et quelqu’un viendrait nous chercher avec le deuxième camping-car. Or, pour différentes raisons on a finalement réservé nos places dans la navette et bien nous en a pris car il nous aurait été impossible de contacter la famille pour les informer que nous étions arrivés et qu’il fallait venir nous chercher. En effet comme souvent en Nouvelle-Zélande, nous n’avions pas de réseau téléphonique (Vodafone) sur le parking d’arrivée de Ketetahi ! A notez que vous avez des navettes dès 6h du matin puis toutes les heures jusqu’à 9h. Toutefois si vous ne voulez pas prendre la navette voici le plan pour vous rendre au parking de Mangatepopo, lieu de départ.

Si vous n’avez pas les moyens de payer la navette, nombreux sont les jeunes randonneurs à revenir sur leurs pas une fois qu’ils ont atteint Red Crater, ce qui leur permet d’admirer depuis les hauteurs du Red Crater, la vue sur le Blue Lake et les Emerald Lakes.

nouvelle-zelande-whakapapa visitor center

5- Allez au I-site (Visitor Center) de Whakapapa en face du camping pour obtenir de précieux conseils des locaux ainsi que les dernières infos sur la météo. Profitez-en pour également récupérer brochures et cartes avant de partir pour prendre connaissance des risques/difficultés et avoir bien en tête le parcours. Vous pourrez également y réserver vos places pour la navette. Notez également que le I-site vend des vêtements, bonnets et autres t-shirt Icebreaker si le temps venait à changer subitement avant votre trek.

Faire le Tongariro Alpine Crossing avec des enfants, c’est possible ?

nouvelle-zelande-tongariro-alpine-crossing-bebe-baby

Selon nous, il y a deux options :

* soit l’enfant est très jeune, et dans ce cas là, vous faîtes le Tongariro Alpine Crossing, avec votre bébé dans le porte-bébé dorsal à condition que votre enfant ai l’habitude de rester de longues heures assis dans votre dos. De votre côté, vous devez vous sentir suffisamment en forme physiquement pour assurer le trek avec un poids non-négligeable dans le dos et avoir un partenaire qui porte le sac à dos contenant les vêtements complémentaires pour parer à toutes les éventualités climatiques ainsi que le pique-nique et les litres d’eau. Dans ce cas, les bâtons de marche sont vraiment recommandés pour grimper les escaliers très pentus et instables du fait des roches volcaniques. Il faudra, par ailleurs, particulièrement bien couvrir votre enfant pour ne pas qu’il attrape froid et bien le protéger du froid.

kump-nouvelle-zelande-TAC-tongariro-alpine-crossing-trek-19_wtmk.jpg

* soit votre enfant a au moins 9-10 ans et est un grand sportif dans l’âme. Déjà féru de randonnée, il a l’habitude de marcher et est motivé pour vous suivre dans ce délire sportif familial. Surtout ne le forcez pas car ce trek n’est pas à la portée de tous et l’enfant doit être particulièrement moteur pour aller jusqu’au bout. Nous aurons eu la chance, quelques jours avant le trek, de faire la connaissance de la famille Jelic – Christelle, Nicolas, Vesna et Ilona – , globe-trotteurs haut-savoyards en Tour du Monde! Ni une ni deux, nous décidons de faire le TAC ensemble. Agées de 9 et 11 ans, Gaspard se sera trouvé 2 compères – randonneuses chevronnées – pour partager cette expérience unique. L’excitation était à son comble !

Si comme nous l’un de vos enfants ne peut pas physiquement faire tout le parcours mais souhaite tout de même participer, il lui sera tout à fait faisable d’aller jusqu’à la première étape du trek à savoir du Parking de Mangatepopo à Soda Spring, ce qui représente tout de même 9km aller-retour ! Le compromis trouvé aura permis à Faustine de faire une partie du trek avec ces nouvelles copines avant de rentrer avec sa grand-mère, reconnaissant une fois sur place qu’elle était déjà fatiguée et incapable de gravir l’énorme montagne qui se trouvait face à elle !

Comment s’habiller pour faire le Tongariro Alpine Crossing?

Mais avant d’effectuer ce trek, il est impératif de bien se préparer pour ne prendre aucun risque car les conditions climatiques peuvent y être extrêmes et le temps changer en un instant durant le parcours.

Après avoir consulté les prévisions météorologiques qui s’annonçaient excellentes :

– 9 degrés au petit matin en vallée

– 15 degrés en journée en vallée

– 4 degrés dans le South Crater

– 15 à 20km/heure de vent à 1’886m d’altitude

– Grand soleil

Nous avons longuement réfléchi à la manière de nous équiper sans trop nous alourdir tout en étant confortables et parés à toutes les situations. En effet, les conditions météos au Tongariro National Park peuvent changer extrêmement rapidement. Tous les locaux nous ont rappelé la nécessité de partir bien équipé pour prévenir toutes les conditions possibles et ce d’autant plus lorsque l’on réalise ce trek avec des enfants. Les conditions météo au parking de départ peuvent être complètement différentes de ce qu’elles sont à 1’000m d’altitude ou sur l’autre versant. Si la visibilité est mauvaise et ou que le vent est violent, n’hésitez pas à changer vos plans et/ou à retournez sur vos pas.

Comme au ski, vous devrez respecter le principe des 3 couches sans oublier une 4eme couche pour vous protéger du vent et de la pluie éventuels.

* Etape 1 : en première couche, mettez un t-shirt en laine de merinos, surtout pas de coton ou de matières synthétiques. Pourquoi ? Tout simplement parce que le coton ou les matières synthétiques ne sont absolument pas respirants et contrairement à ce que l’on pense, ils ne sèchent pas rapidement. Or, vous transpirez beaucoup durant ce trek. Il est donc ESSENTIEL d’avoir au plus près de la peau une matière chaude et respirante à la fois, ce que vous assurera un bon t-shirt en laine de Mérinos (lisez ces conseils). Si vous n’en n’avez pas, faites l’acquisition d’un t-shirt première couche Icebreaker. Vous ne regretterez pas votre achat !

* Etape 2 : en deuxième couche, mettez en fonction de la saison soit une softshell soit un bonne polaire.

* Etape 3 : en troisième couche et là encore en fonction de la météo, enfilez soit une doudoune soit une veste coupe-vent.

* Etape 4 : si vous avez mis une doudoune en étape 3, prévoyez toujours la veste coupe-vent en supplément car une fois que vous aurez atteint le sommet du volcan, le vent souffle et la température perçue chute drastiquement surtout après l’effort.

* Etape 5 : n’oubliez pas certains accessoires indispensables comme un bonnet, un tour de cou et des gants ou mi-taines.

Bien que les températures annoncées lors de notre trek n’étaient pas extrêmes, nous avions tout de même mis un t-shirt merinos, une softshell, et avons à plusieurs reprises alternées voire même combiné la doudoune et la veste coupe-vent, tout particulièrement au moment du pique-nique quand nous nous sommes posés jusque après les deux grosses ascensions. Découvrez précisément les vêtements Schoeffel que nous portions pour le Tongariro Alpine Crossing.

.

Quel équipement prévoir  (hors vêtements) pour le Tongariro Alpine Crossing?

– Pique-nique riche en vitamines, protéines et sucres lents

– L’eau à profusion : 2 litres minimum par personne voir plus si la météo prévoit un temps chaud. Notez qu’il n’y a pas de point d’eau entre le Parking de Mangatepopo et Ketetahi Hut. L’eau dans les refuges est de l’eau de pluie et n’est donc pas potable sans traitement préalable. L’eau de la partie amont du Mangatepopo Stream, des Emerald Lakes et de Ketetahi Springs est non-potable due à sa forte teneur en minéraux.

– Thermos d’eau chaude pour vous faire un café ou un thé pour vous réchauffer de l’intérieur. On en avait pas pris et on l’a regretté car on a eu vraiment froid quand on s’est posé pour le pique-nique.

– Bâtons de marche (vivement recommandé)

– Crème solaire

– Trousse de premiers secours

– Couverture de survie

– Carte et boussole en cas de faible visibilité

– Lampe frontale si vous démarrez le TAC à l’aube ou si vous prévoyez de le terminer après le coucher du soleil

– Lunettes de soleil

– Téléphone portable

Si vous faites le TAC en hiver : 

– Piolets et crampons en s’assurant avant de partir de savoir comment bien les maîtriser.

– Guêtres pour la neige

– Sonde à avalanche

– Petite pelle

– Balise de secours

Informations techniques sur le parcours

Le Tongariro Alpine Crossing s’effectue généralement entre novembre et mai. En dehors de cette période, le trek est faisable mais nécessite la présence d’un guide de montagne que vous aurez réserver au i-Visitor de Whakapapa.

Pour profiter pleinement de votre journée, commencez très tôt votre trek. Nous avons pris la navette de 7h et avons réellement démarrer le trek une heure plus tard. Par beau temps, les matinaux seront récompensés par un sublime lever de soleil sur les volcans. De quoi vous donnez des ailes pour la journée !

kump-nouvelle-zelande-TAC-tongariro-alpine-crossing-trek-6_wtmk.jpg

La partie du trek ayant une forte pente est minimisée si vous commencez le trek du côté de la Mangatepopo Valley (la bifurcation est indiquée le long de la State Highway 47). Bien que beaucoup plus sportif, l’itinéraire est réalisable en sens inverse (sans enfant !) mais il vous faudra une heure supplémentaire pour arriver au bout.

Voici en substance ce qui vous attend sur le parcours : un chemin bien marqué suit la Mangatepopo Valley et grimpe gentiment jusqu’à Soda Springs. Ensuite une montée raide vous mène jusqu’à la Mangatepopo Saddle située entre les monts Tongariro et Ngauruhoe. Entre le South Crater et le plus haut point au Red Crater (1’886m) qui est une fissure volcanique active produisant de la vapeur, le chemin est indiqué par des poteaux. Après avoir passé le Red Crater, le chemin conduit aux Emerald Lakes et longe Te Wai-Whakaata-o-te Rangihiroa , autrement dit le Blue Lake. Depuis là, le sentier descend vers Ketetahi Hut puis traverse la forêt native, en longeant les sources thermales avoisinantes pour finir au parking. La longueur totale du trek est de 19,4km.

Prenez vos précautions : vous pourrez trouver des toilettes publics aux parkings de Magatepopo et Ketetahi ainsi qu’à Soda Springs et à la Ketetahi Hut. Par contre, il vous faudra être particulièrement patients car la liste des prétendants aux toilettes sera longue!

Cependant, une fois engagé sur le trek, il faudra vous retenir pendant 4h car il n’y a aucune infrastructure et le paysage « dégarni » ne permet pas de se cacher derrière un bosquet pour assouvir ces besoins. Soyez particulièrement vigilants avec les enfants, ne râtez pas l’opportunité d’un arrêt pipi (prévoyez les lingettes désinfectantes pour nettoyer la lunette des WC ainsi que du papier toilette:).

Les durées ci-dessous ne sont qu’approximatives sachant que chacun marche à son propre rythme. Le temps entre chaque étape va également dépendre du temps passé à se reposer et à s’émerveiller du paysage.

5010_thumbnail-1024

Etape 1 : Parking de Mangatepopo à Soda Springs   1h / 1h30

Etape 2 : Soda Springs au South Crater                          1h

Etape 3 : South Crater au Red Crater                               1h

Etape 4 : Red Crater aux Emarald Lakes                        10-20min

Etape 5 : Emerald Lakes à Ketetahi Hut                          1h / 1h30

Etape 6 : Ketetahi Hut au Parking de Ketetahi            1h30 / 2h

kump-nouvelle-zelande-TAC-tongariro-alpine-crossing-trek-4_wtmk.jpg

Etape 1: Parking de Mangatepopo à Soda Springs (1’150m d’altitude)                     Durée moyenne : 1h / 1h30

Cette première étape vous fera découvrir la Mangatepopo Valley avec en toile de fond les volcans Tongariro et Ngauruhoe sublimés par le levé du soleil si comme nous, vous démarrez le TAC de bonne heure. Le chemin le long du cours d’eau Soda Spring est très facile puisqu’il est parfaitement aménagé, ce qui le rend très accessible même aux plus jeunes. Le paysage est minéral, seules quelques touffes d’herbes jaunes viennent contraster ce panorama lunaire composé de roches volcaniques noires, réminiscences des éruptions explosives passées.

Arrivé à Soda Spring, on voit très clairement que les choses vont sérieusement se compliquer, il est donc temps d’embrasser Faustine qui va rebrousser chemin avec sa grand-mère. Un petit aller-retour qui lui aura tout de même permis de marcher pendant 9km. Pas mal pour un petit bout de chou de 6 ans!

Après une petite pause et un dernier arrêt pipi* avant plusieurs heures (à ne pas manquer), nous voilà reparti prêts à souffrir !

NB : prévoyez du papier toilette et des lingettes désinfectantes !

aDSC_4624_zpsd26745db

Etape 2 : Soda Springs au South Crater (1’660m d’altitude)                     Durée moyenne : 1h

Là c’est une tout autre histoire. Le chemin aménagé et relativement plat a laissé place à une succession de marches pour rejoindre le South Crater. Nous finissions rapidement par détester ces marches qui nous brisent les jambes tant elles sont hautes et instables puisque composées de roches volcaniques et de cendres. Une pente douce et régulière aurait été moins épuisante. Pourquoi ai-je écouté Norman quand il me disait qu’on aurait pas besoin de bâtons de marche !!! Mais nos efforts sont rapidement récompensés par une vue à couper le souffle, sur les plaines alentours aux couleurs rouge, noire, brune ocre, jaune et beige. Avant de traverser cette plaine volcanique, située au centre du cratère de South Crater, nous faisons une pause pour récupérer notre souffle, soulager nos jambes et enfiler une autre couche car le vent souffle fort et les températures ont radicalement chuté. Le spectacle digne des plus belles scènes de Mad Max est saisissant presque surréaliste et nous donne l’énergie nécéssaire pour poursuivre notre chemin. On se sent à la fois tout petit face à l’immensité des lieux et en même temps fragile en réalisant, à l’observation des fumerolles entre les roches, que les volcans environnants  – Mont Ngauruhoe et le Mont Tongariro – surplombant le South Crater, sont toujours actifs.

Une fois arrivés au pied du Mont Tongariro ou du Mont Ngauruhoe, certains trekers chevronnés partent depuis la plaine du South Crater à l’assaut de ces 2 volcans. Ces deux ascensions sont complémentaires au parcours classique du TAC donc heureusement non-obligatoires. Pour l’ascension du Mont Ngauruhoe, comptez 3h A/R et  pour l’ascension du Mont Tongariro, 1h30 A/R. Elles ne sont pas faisables avec des enfants car trop difficiles (600m de dénivelé) voire même trop dangereuses pour celle du Mont Ngauruhoe. En effet, il n’y a pas de chemin balisé ce qui vous obligera à gravir le flanc abrupte et instable du volcan en marchant dans la cendre et les pierres volcaniques jusqu’à mi-chevilles. Epuisant ! Vous apprécierez les guêtres si vous en avez ce qui vous prémunira de devoir vider vos chaussures toutes les 5 minutes.

De plus, il faut être particulièrement vigilant aux chutes de pierres en montée comme en descente. Vous entendrez tout au long du parcours des randonneurs en amont prévenir ceux en aval leur criant « Rocks ». Il faut donc faire preuve d’une extrême prudence . Ce parcours est donc épuisant et rajoute 3h de plus au temps nécéssaire pour finir le TAC. 10-11h de trek en une journée pour un enfant même en pleine forme c’est irresponsable.

L’ascension du Mont Tongariro est réputée moins difficile car plus courte et plus accessible.

Mais, vous l’aurez compris avec Gaspard (et même sans Gaspard) nous ne les avons / les aurions pas fait.

Moins ambitieux, nous continuons notre chemin vers le point culminant du TAC,  le Red Crater.

kump-nouvelle-zelande-TAC-tongariro-alpine-crossing-trek-81_wtmk.jpg

Etape 3 : South Crater au Red Crater (1’660m d’altitude)                   Durée moyenne  : 1h

La pente s’intensifie encore et les marches laissent place à un sentier rocheux et difficile à gravir. Le froid se fait plus intense aussi et nous apprécions nos 4 couches, notre bonnet et les gants. L’ascension devient ardue. Gaspard nous scotche… il grimpe sans montrer le moindre signe de fatigue…un vrai cabri ! Nous c’est une autre histoire. On s’arrête en prétextant la pause photo ou l’admiration du panorama. Que nenni ! On souffle, on souffre, on frôle la tétanie des jambes mais forts de notre motivation,  nous atteignons le sommet et nous ne regrettons pas un instant nos efforts. La vue est tout simplement ….indescriptible! Un grand kiffe !

Devant nous se dresse un panorama hors du commun et unique en son genre. De ce point culminant, nous pouvons admirer une grande partie du Parc National du Tongariro, des sommets volcaniques d’un rouge flamboyant et enfin les Emerald Lakes.

kump-nouvelle-zelande-TAC-tongariro-alpine-crossing-trek-60_wtmk.jpg

Etape 4 : Red Crater aux Emarald Lakes

Durée moyenne : 10-20min

La couleur des lacs est une véritable invitation et après avoir bien galèrer pour atteindre ce sommet, nous voici face à une descente vertigineuse qui s’annonce non seulement ardue mais en plus dangereuse. Nous devons en effet redescendre le flanc du Red Crater via un chemin qui n’en est pas un. Composé uniquement d’une grosse couche de cendre et de roches volcaniques, nous craignons les glissades et les chutes de pierres. Après quelques frayeurs, nous parvenons à rejoindre sans encombre les abords des lacs et décidons de profiter des lieux pour faire une pause bien méritée. Nous croiserons durant notre descente des randonneurs en sens inverse qui forceront notre admiration au regard du challenge qu’ils se sont lancés, à savoir parvenir au sommet du Red Crater via cette voie instable et à fort dénivelé. Respect !

Une fois en bas, les eaux turquoises et vert fluo de ces lacs semblent encore plus surnaturelles, même artificielles. Il vous faudra cependant résister à l’appel du plouf car la forte présence d’arsénique contenu dans ces eaux (et à l’origine de cette couleur si particulière) les rend particulièrement dangereuses. Ceci étant le froid polaire chassera vite la moindre envie d’un bain et nous prolongerons l’observation de ces eaux envoutantes autour d’un pique-nique avec la famille Jelic.

Ce cadre enchanteur et inspirant donnera même des ailes à un treker qui profitera des lieux pour faire sa déclaration et demander la main de sa promise. Un spectacle magnifique et romantique qui sortira de leur torpeur bon nombre de randonneurs en mode « pause-sandwich » venus les acclamer, siffler ou encore applaudir.

Après 3h30 de marche intense, la pause aura fait un bien fou à toute la troupe et nous voici sur le départ pour la cinquième et avant dernière étape du trek.

kump-nouvelle-zelande-TAC-tongariro-alpine-crossing-trek-56_wtmk.jpg

Etape 5 : Emerald Lakes à Ketetahi Hut                    Durée moyenne : 1h / 1h30

La suite de la randonnée se passe dans le cratère où le passage des randonneurs aura fini par creuser un sillon, véritable trait d’union entre les Emerald Lakes et le dernier lac, le Blue Lake. Un rayon de soleil viendra souligner sa grandeur et le bleu profond de ses eaux, sans pour autant réussir à le rendre aussi attrayant que les lacs émeraude. Le paysage environnant  est à nouveau animé par de gigantesques fumerolles rappelant que la zone est particulièrement active. A certains endroits des messages d’avertissement vous invite à ne pas trainer dans cette zone et à rapidement continuer votre chemin ! En 2012 d’ailleurs, toute la zone fut fermée pendant quelques temps en raison de plusieurs éruption du cratère Te Maari.

L’arrivée à la Ketetahi Hut marquera pour certains la pause pipi après de longues heures de marche. Nous passerons notre chemin pour ne pas perdre de temps dans une file d’attente interminable afin de ne pas rater la navette de 17h30.

kump-nouvelle-zelande-TAC-tongariro-alpine-crossing-trek-74_wtmk.jpg

Etape 6 : Ketetahi Hut au Parking de Ketetahi                    Durée moyenne : 1h30 / 2h

C’est donc à une allure soutenue (sauf pour Norman cuit de fatigue!!) que nous entamons la dernière étape de cette randonnée.

Les derniers kilomètres qui nous séparent du parking de Ketetahi Hut sont une longue, très longue descente* à travers le bush puis la forêt  (*sans compter quelques petites grimpettes et des escaliers en forêt mais rien de bien méchant au regard des précédentes ascensions franchies dans la matinée).

Bien que le jour de notre trek, la vue soit parfaitement dégagée nous offrant le loisir de contempler au lointain le gigantesque lac Taupo, le retour par le chemin aménagé et balisé jusqu’au parking nous a semblé interminable. Dans un sursaut d’énergie, nous terminons le trek avec Gaspard en courant pour rejoindre plus rapidement le parking, envieux d’en finir.

En arrivant au parking, un mélange de joie, de soulagement et de fierté s’empare de nous. Nous sommes HS mais encore totalement galvanisés par l’adrénaline de cette expérience familial hors-norme à refaire ici ou ailleurs mais avec Faustine la prochaine fois.

19,4 km en 8h ! Qui lu cru !!! Un souvenir impérissable et une fierté incommensurable pour notre Gaspard qui aura littéralement survolé l’épreuve avec une facilité déconcertante.

DSC01725

Alors à la question est-il possible de faire le Tongariro Alpine Crossing avec des enfants ? La réponse est oui  – Gaspard, Vesna et Ilona en sont la preuve mais en respectant certaines conditions.

La légende maorie autour du Tongariro

La légende maorie raconte qu’autrefois tous les volcans vivaient au cœur de l’île nord, sur les versants du lac Taupo. Le mont Tongariro se serait battu avec les autres monts : Ruapehu, Ngauruhoe et Taranaki afin de conquérir le cœur de la belle montagne Pihanga. Tongariro sorti vainqueur de la bataille et réussit à séduire Pihanga qui resta à ses côtés. Pourtant un beau jour, Taranaki profita que Tongariro eut le dos tourné pour dérober Pihanga. Lorsque Tongariro s’en aperçu,  il entra dans une rage folle et défia Taranaki. Sa colère fut si forte qu’il en assombrit le ciel et fit trembler la terre. La lave coula et la bataille fût féroce mais Tongariro sorti vainqueur à nouveau. Après la bataille, Tongariro, devenu plus petit, s’est rapproché de Pihanga. Quant à Taranaki, jaloux et humilié, il s’enfuit à l’ouest et accablé par le chagrin, il s’isola en creusant un long sillon, aujourd’hui devenu le lit de la rivière Whanganui. Taranaki est désormais le mont solitaire qui continue de pleurer, et dont les 300 ruisseaux alimentent aujourd’hui la rivière Whanganui.

Quelques règles de conduite à suivre dans le parc du Tongariro?

– Protégez les plants et les animaux

– Emportez vos poubelles

– Enterrez vos papiers de toilette

– Gardez les rivières et les lacs propres

– Suivez le chemin balisé

– Ayez de l’égard pour les autres

– Respectez l’héritage culturel

– Respectez scrupuleusement les consignes de sécurité et n’oubliez pas que les volcans de la région sont encore en activité.

Print Friendly

Mots clés qui ont permis aux internautes de trouver cet article:

  • Navette pour tongarino alpine crossing